Tag Archives: build your own football uniform

Notre-Dame du Try-au-Chêne

La statue de Notre-Dame du Try-au-Chêne est une statue en chêne polychrome conservée dans l’église Saint-Barthélemy de Bousval, village dépendant de la ville belge de Genappe située dans la province du Brabant wallon.

La Vierge vénérée sous le vocable de Notre-Dame du Try-au-Chêne est une œuvre malinoise du début du XVIIe siècle qui fut commandée par le Capitaine Thierry Le Jeune, officier brabançon de l’armée de l’archiduc Albert d’Autriche, pour être placée dans la Chapelle du Try-au-Chêne qu’il édifia en 1608 sur le plateau dominant le village de Bousval.

La statue ornait initialement l’autel en bois construit en 1746 autour de l’autel original en pierre de la Chapelle du Try-au-Chêne mais elle est aujourd’hui conservée dans le chœur de l’église Saint-Barthélémy de Bousval.

Notre-Dame du Try-au-Chêne est une statue en chêne polychrome. La Vierge porte une robe rouge retenue par une ceinture dorée et est drapée dans un manteau bleu liséré d’or build your own football uniform. Elle porte l’enfant Jésus sur le bras gauche : celui-ci, habillé de rouge, bénit de la main droite et porte un livre dans la main gauche. Dans certaines circonstances, telles la messe dominicale du Tour de Saint Barthélemy, la Vierge et l’enfant portent une couronne d’argent.

Notre-Dame du Try-au-Chêne regagne chaque année sa chapelle d’origine lors d’un pèlerinage annuel qui a lieu le lundi de Pentecôte.

Jadis portée par les jeunes filles, elle est aujourd’hui portée en procession par quatre hommes depuis l’église Saint-Barthélemy de Bousval jusqu’à la Chapelle du Try-au-Chêne stainless steel thermos flasks.

Si le temps le permet, la statue est exposée devant la chapelle et une messe est dite en plein air.

La même statue est portée lors du Tour de Saint Barthélemy à la fin du mois d’août.

Share This:

N’Gokro

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

N’Gokro est le nom du village qui a précédé la ville de Yamoussoukro.

En 1901, la reine Yamousso, tante de Kouassi N’Go, dirigeait le village de N’Gokro au moment de la colonisation française. Le village comptait alors 475 habitants, et on dénombrait dans ses alentours 129 villages Akouès.

Des relations diplomatiques et commerciales s’établissent donc mais, en 1909, à l’appel du chef du village de Djamlabo, les Akoués se révoltent contre l’administration coloniale. Le poste de Bonzi, à sept kilomètres de Yamoussoukro sur la route de Bouaflé, est incendié et l’administrateur, Simon Maurice goalkeeper shirts, ne doit la vie qu’à l’intervention de Kouassi N’Go.

Celui-ci reçoit l’administrateur chez sa tante Yamousso, grand-tante de Félix Houphouët-Boigny, par la suite fondateur de la République de Côte d’Ivoire build your own football uniform, et persuade ensuite les Akouès de ne pas faire une guerre qui n’aurait pu tourner qu’à un désastre.

La situation redevenue normale, l’administrateur Simon Maurice kitchenaid meat tenderizer, jugeant que Bonzi était devenu peu sûr, décide de transférer le poste militaire français à N’Gokro, rebaptisé Yamoussoukro en hommage à Yamousso, où l’administration française construisit par la suite une pyramide à la mémoire de Kouassi N’Go, chef des Akoué.

En 1919, le poste civil de Yamoussoukro fut supprimé, puis Félix Houphouët-Boigny devint chef de village en 1939. Une longue période s’écoula où Yamoussoukro, petite ville tournée vers l’agriculture, resta dans l’ombre, jusqu’après guerre où elle vit la création du Syndicat Agricole Africain, et les premières conférences de son chef. Mais c’est seulement à partir de l’Indépendance, en 1960, que Yamoussoukro prit son véritable essor jusqu’à devenir la capitale politique et administrative du pays en 1984.

Share This: